Professionnellement confinée

L’autrice : Lucrèce Heux, doctorante en histoire et en psychologie à l’Université Grenoble-Alpes et à Swansea University (Pays de Galles)

J’ai ressenti le besoin d’écrire cet article après plusieurs semaines de « déconfinement ». De nombreux secteurs d’activité ont revu leurs façons de travailler pour permettre le retour d’une partie de leurs effectifs sur leur lieu de travail. Le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) a ainsi préconisé le retour étalé des personnels dans les structures de recherche, mettant l’accent sur la nécessité de favoriser la présence des contrats temporaires et notamment des doctorant·es.

Mener un travail de recherche en étant confiné·e a été difficile pour beaucoup, tant pour des questions d’accès aux ressources nécessaires pour avancer, que pour la manière dont nos relations professionnelles ont été affectées. Au-delà des avis personnels concernant le télétravail, les temps de discussions, formels et informels, font partie du contexte professionnel qui permet aux idées de se développer, et à la recherche d’avancer. La distance rend ces interactions infiniment moins fluides. Par exemple, les webinaires ne permettent pas la même qualité d’intervention que les rapports directs. Ces conférences virtuelles coupent les orateur·trices de leur audience. Elles ne donnent pas l’opportunité de se rencontrer à la fin de la séance et d’entamer une conversation sur des problématiques partagées. S’il semblait nécessaire que les universités ferment au temps fort de la crise, il apparaît maintenant essentiel que nos espaces de travail rouvrent pour limiter les dommages que la situation fait peser sur les chercheur·ses en début de carrière, dont les doctorant·es.

Continuer la lecture de « Professionnellement confinée »

L’intérêt commun et l’ouverture des données

L’auteur : Antoine Savornin, cadre dans la fonction publique et masterant en études médiévales à l’Université Lyon-II

Je suis étudiant en master d’études médiévales. J’effectue une recherche sur les modes de stockage agricole en région lyonnaise. En parallèle, je suis aussi cadre dans les finances publiques françaises. Ce double statut m’a conduit à trouver un équilibre entre profession et études, bien avant le confinement. Dans ce bref article, je vais tenter de démontrer le bénéfice que le confinement m’a apporté.

Continuer la lecture de « L’intérêt commun et l’ouverture des données »

#5 A l’école du confinement : le monde d’après, est-ce qu’il existe ?

L’auteur : Jean-Thiébault Urbanprofesseur agrégé de lettres en Auvergne

Ces deux semaines de pause ont permis de sortir la tête des aller-retour incessants entre l’homme et les machines, le corps et l’ordinateur. Jusqu’ici, je me suis plié docilement aux injonctions de « continuité » pédagogique, cette sorte de mantra magique destiné à conjurer la peur de perdre les élèves plus qu’autre chose, à les voir échapper à notre contrôle d’adulte, d’institution (voir le billet précédent). Mais après réflexion, j’estime qu’il s’agit là d’une forme de mascarade. On ne peut pas continuer à faire classe, sans avoir devant soi des élèves en chair et en os, sans avoir une classe, ou au moins un bout de classe. Alors je change mon fusil d’épaule. Bien entendu, on pourra toujours m’envoyer des performances orales pour préparer l’épreuve de Première qui reste maintenue (je gage qu’elle ne le sera plus dans quelques semaines, et que son maintien fait surtout office, ces derniers temps, de carotte pour continuer à faire avancer la bête…) Alors, dans ces conditions, et une fois prise la décision de s’affranchir d’une norme qui n’a même pas été dite, mais que nous avons tous (élèves, parents, professeurs)  intériorisée (à savoir : rien n’est comme avant, mais surtout il faut absolument faire comme avant !), que pouvons-nous inventer qui soit adapté à la fois à la situation actuelle, et qui permette de ne pas faire comme si cette crise n’existait pas, comme si tout allait pouvoir recommencer exactement de la même manière qu’avant ?

Continuer la lecture de « #5 A l’école du confinement : le monde d’après, est-ce qu’il existe ? »

#4 À l’école du confinement : le bac de français, l’évaluation, l’intériorisation du contrôle

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Tout le monde l’aura entendu, les épreuves du bac 2020 en terminale sont toutes remplacées par une attribution du bac au contrôle continu. Mais depuis une petite quinzaine de jours, j’essaie d’entraîner mes élèves à l’épreuve orale du baccalauréat de Français en Première, la seule maintenue par notre ministre. Pourquoi a-t-il maintenu cette seule épreuve ? Et que faisons-nous désormais, dans le cadre de la pédagogie à distance, pour préparer les élèves à cette épreuve ?

Continuer la lecture de « #4 À l’école du confinement : le bac de français, l’évaluation, l’intériorisation du contrôle »

Confinement du temps de travail – élargissement du surtravail ?

L’auteur : Hadrien Clouet, chercheur postdoctoral au Centre de Sociologie des Organisations – CNRS / Sciences Po

Le confinement décrété en réponse à l’expansion de la pandémie virale du Covid-19 entraîne une certaine bifurcation dans les rapports de production. Une série d’entretiens conduits par le biais d’outils de vidéoconférences depuis le 16 mars[1] ainsi que les sources écrites en circulation montrent que les temporalités de la production évoluent très rapidement pour de nombreux salariés interviewés. Mais le niveau des rémunérations ne suit pas forcément. Deux formes de travail gratuit[2] voient le jour : l’une, liée à l’augmentation du temps de travail pour son emploi ; l’autre, liée à la non-reconnaissance d’un certain travail dans le cadre de l’emploi.

Continuer la lecture de « Confinement du temps de travail – élargissement du surtravail ? »

#3 À l’école du confinement : les masques et le contrôle

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Débats et petites polémiques dans le Landernau de la « pédagogie en mode distant ». Quand on les avait sous la main, les élèves, on les avait aussi « à sa main ». Quelque chose de l’ordre du pouvoir sur eux, qui s’effiloche, qui s’estompe. Dès lors, on s’agace de ces petits riens qui montrent comment les uns et les autres veulent tirer profit de la situation. Hier, un collègue au téléphone : un travail avait été donné à faire avant le confinement, le cours support était en possession des élèves. Le collègue considère donc comme normal de réclamer aux élèves qu’ils rendent, par mail, tous sans exception, leur travail à la maison à partir de ce sujet datant d’avant la grande quarantaine ! Et voilà que certains commencent à rechigner, à négocier, à revendiquer à distance : « Non, Monsieur, ce n’est pas juste, car cette note ne doit pas compter dans notre évaluation ; en effet, il a bien été dit que toute note donnée durant la période du confinement ne pourrait pas compter, rupture d’équité oblige ! » Ah, mais voilà, nous y sommes ! On commence à tomber les masques (ce n’est pourtant pas le moment, si j’en crois le retour en grâce de ces accessoires du théâtre / dispositifs médicaux de plus en plus nécessaires) !

Continuer la lecture de « #3 À l’école du confinement : les masques et le contrôle »

Marges et marginalités : des questions spatiales vitales en période d’incertitudes

L’auteur : Etienne Randier-Fraile, architecte DE HMONP et doctorant au sein de l’unité de recherche LabEx Architecture, Environnement et Cultures Constructives à l’ENSAG

Je suis architecte praticien et tout juste inscrit en première année de doctorat à l’ENSA de Grenoble, Université Grenoble Alpes. Cette période et ce texte m’offrent l’opportunité de préciser mes questions et mes hypothèses de travail qui interrogent les marges en contexte d’incertitudes. En effet, un cas d’étude grandeur nature se déroule sous mes yeux. J’observe les effets de cette « crise » sur les espaces et leurs usages. Mais si aujourd’hui, ce sont surtout les effets en chaîne du coronavirus qui sont inconnus et qui expliquent la paralysie de la moitié du monde, demain ce seront les effets du réchauffement climatique qu’il faudra remettre au cœur des préoccupations. Alors, pour ce texte je me suis interrogé sur nos espaces habités, des espaces fortement modifiés pendant cette période, de l’échelle de l’intime à l’échelle de l’espace public, et en quoi les marges et les marginalités se révèlent être des « espaces-ressources » sollicités.  

Continuer la lecture de « Marges et marginalités : des questions spatiales vitales en période d’incertitudes »

Destins croisés

L’auteure : Laurence Malaret, doctorante au Laboratoire Cultures Constructives, Grenoble

Une histoire courte du moment présent, d’une histoire qui marquera sur le temps long.

réciprocité
communautés de destins
nos destins croisés

pas de prévision !?
nos pairs informés
autre crise sanitaire

pour tous et pour un
revisiter nos communs
système de santé

Continuer la lecture de « Destins croisés »

#2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Cette semaine, la 24ème dans le calendrier scolaire, est la deuxième semaine du confinement, la deuxième semaine loin du lycée, loin des corps des élèves, même si cette dernière affirmation, on va le voir, est sujette à nuances.

Continuer la lecture de « #2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique »

Changez, Lisez !

L’auteur : Emmanuel Pedler, Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Dans son discours du 16 mars 2020, le Président de la République, évoque les changements des modes de vie des françaises et français pour les semaines de confinement annoncées. Il imagine, en quelques mots, le périmètre de ce basculement en se projetant dans l’inconnu à venir, des conditions de vie concrètes de chaque citoyen.ne.

Continuer la lecture de « Changez, Lisez ! »

#1 À l’école du confinement : les présentations

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Je suis prof, j’habite loin de mon lycée (63 km), et depuis le confinement, je suis soulagé de mes deux heures de trajet quotidien pour aller au travail et en revenir. Avec le confinement, lorsqu’on est enseignant, le premier constat est qu’on «ne va plus au travail », mais que le travail vient à vous. Ce qui est, au fond, le lot de bien des professions d’encadrement, invitées au télétravail.

Continuer la lecture de « #1 À l’école du confinement : les présentations »

Confinement international

L’auteur : Félix Dusseau, doctorant en sociologie à l’Université du Québec à Montréal

Il y a tout juste un an, j’arrivais à Montréal, des étoiles pleins les yeux et gonflé à bloc. Après une année de recherches (infructueuses) de financement en France, j’avais fait le choix de m’expatrier. Malgré un CV plus que correct pour mon niveau, aucune université française et aucune entreprise n’avait jugé mon projet comme pertinent. Peut-être est-ce lié à mes thématiques de recherche (les sexualités) ? Qui sait ? Seule l’Université du Québec à Montréal et ma directrice de thèse m’ont fait  confiance, m’encourageant à venir débuter mon doctorat au Canada.

Pendant un an, j’ai fait des bonds intellectuels énormes, m’investissant tant dans mes études que dans la vie étudiante, créant même un podcast lié à la recherche étudiante. J’y ai également trouvé un travail alimentaire qui, chance inouïe, est à 100 % en lien avec mon terrain d’étude. Tout était quasiment parfait jusqu’à ce que le COVID-19 fasse son apparition. Rappelons qu’au moment où j’écris ces lignes 1629 personnes au Québec sont atteintes du virus, huit en sont mortes et une est déclarée comme officiellement guérie.

Continuer la lecture de « Confinement international »

Billet #0 : pour un carnet de confinement partagé

En cette période de changements inédits, raconter nos différentes manières de vivre ce moment de confinement paraît important et nécessaire.

Ce carnet vise à raconter les changements provoqués dans notre vie quotidienne, professionnelle, sociale, ou encore intellectuelle via nos sens de chercheur-es, de citoyen-nes et d’individu-es.

Continuer la lecture de « Billet #0 : pour un carnet de confinement partagé »