Confinement international

L’auteur : Félix Dusseau, doctorant en sociologie à l’Université du Québec à Montréal

Il y a tout juste un an, j’arrivais à Montréal, des étoiles pleins les yeux et gonflé à bloc. Après une année de recherches (infructueuses) de financement en France, j’avais fait le choix de m’expatrier. Malgré un CV plus que correct pour mon niveau, aucune université française et aucune entreprise n’avait jugé mon projet comme pertinent. Peut-être est-ce lié à mes thématiques de recherche (les sexualités) ? Qui sait ? Seule l’Université du Québec à Montréal et ma directrice de thèse m’ont fait  confiance, m’encourageant à venir débuter mon doctorat au Canada.

Pendant un an, j’ai fait des bonds intellectuels énormes, m’investissant tant dans mes études que dans la vie étudiante, créant même un podcast lié à la recherche étudiante. J’y ai également trouvé un travail alimentaire qui, chance inouïe, est à 100 % en lien avec mon terrain d’étude. Tout était quasiment parfait jusqu’à ce que le COVID-19 fasse son apparition. Rappelons qu’au moment où j’écris ces lignes 1629 personnes au Québec sont atteintes du virus, huit en sont mortes et une est déclarée comme officiellement guérie.

Contrairement à la France, le confinement est ici bien moins strict. Il a suffi que les autorités conseillent aux Québécois et Québécoises de rester chez elles pour que ces dernières le fassent massivement. Idem pour les commerces qui ont le plus souvent décidé eux-mêmes de fermer leurs rideaux. En quelques jours la vie s’est arrêtée. Les universités montréalaises ont conjointement décidé de renvoyer les gens chez eux à l’instar des lieux de vie et de socialisation. Mon employeur, la mort dans l’âme, s’est résigné à fermer l’établissement plutôt que de risquer la contamination. Amis et collègues, nous nous sommes tous et toutes enfermées.

Immédiatement s’est posée la question : que faire ? Rentrer est une chose à laquelle on pense spontanément. Mais quel est l’intérêt de quitter un pays où la crise sanitaire est globalement bien gérée pour se jeter dans la gueule du loup en France ? Sans compter l’explosion du prix des billets d’avion ainsi que le casse-tête des affaires qui devraient être rapatriées plus tard. Rester m’est donc apparu comme un choix raisonnable bien que forcé par les événements.

Au diable le retour au pays ! Voilà une occasion rêvée d’avoir du temps pour moi ! Les 14 258 PDF d’articles prenant la poussière dans mon ordinateur n’avaient qu’à bien se tenir, eux qui allaient être lus en quelques jours. Je m’imaginais déjà enchaîner les livres, continuer les projets en cours, terminer mon projet de thèse, préparer les conférences à venir, chercher des bourses ou encore poursuivre la rédaction de mon premier ouvrage. Un confinement studieux et sain. Résultats des courses ? Un article lu distraitement, trois lignes de rédigées sur mon projet de thèse, dix pages terminées sur un livre commencé il y a un mois, un niveau de concentration très faible n’excédant pas trente minutes, et beaucoup de culpabilité. J’avais tout le temps pour me concentrer sur mon travail, pourquoi n’étais-je donc pas capable d’étudier efficacement ?

Il me semble que le doctorat et la recherche ne sont pas uniquement liées à des questions monétaires. Certes, l’aspect financier joue énormément. De part la fermeture (forcée) de mon travail, je me retrouve sans le sou. Ne pas savoir comment, d’ici à quelques semaines, je serai capable de payer mon loyer ou ma nourriture a quelque chose de hautement angoissant. Des bourses peuvent potentiellement arriver d’ici-là, mais je prévoyais de les mettre de côté pour des dépenses liées directement à mon doctorat (achat de livres, conférences, nouvel ordinateur etc) non pas pour parer à une situation face à laquelle je ne peux rien faire et d’une durée indéterminée. Ce confinement m’a fait prendre conscience que ce qui influençait le plus mes capacités de recherche était ma tranquillité d’esprit. La question financière ne relève pas tant d’un énorme besoin d’argent, loin de là, que d’avoir la certitude que les dépenses pourront être immédiatement couvertes. Comme l’a si justement fait remarquer ma directrice de thèse : « Comment travailler quand on est dans une telle négation de la vie ? Parce que tout ceci, ce n’est pas vivre. Subir, ce n’est pas vivre ».

À l’incertitude quant au solde de mon compte en banque, la vie sociale réduite à presque rien et la disparition de mon terrain d’étude s’ajoute également mon statut d’expatrié. Pas vraiment canadien mais plus vraiment français, me voilà dans un entre-deux qui rajoute du stress au stress. Ai-je droit à des prestations sociales du fait de mon chômage forcé ? Puis-je bénéficier des aides d’urgence du gouvernement canadien ou des aides provinciales ? Autant de questions qui nécessitent des recherches approfondies et poussées à l’heure où la motivation est aux abonnées absentes et où les administrations tournent au ralenti. Un élément de plus qui m’empêche de travailler efficacement et d’être pleinement concentré sur mes recherches.

Le tableau est-il pour autant si noir ? Résolument non. Car si ces derniers jours n’ont été qu’un bourdonnement intérieur incessant amenant d’importantes difficultés à travailler, je garde en tête cette vocation qu’est la recherche. J’étudie en sociologie. L’humain et la vie sociale sont ce sur quoi je travaille mais également pour qui je travaille. C’est à cette pensée à laquelle je me raccroche chaque jour, de l’intérêt que suscitent mes travaux auprès de mes proches ou de personnes qui me sont totalement inconnues. Je me dis que ce que je fais peut (modestement) avoir une influence positive sur les autres, leur quotidien ou leur manière d’appréhender les choses. Puisque je ne suis pas capable de me concentrer longtemps, autant l’accepter et me concentrer sur ce qui fait du bien : échanger des nouvelles avec des proches, renouer contact avec des personnes perdues de vue ou encore questionner ma place en tant que chercheur dans ce monde, bref profiter de petits riens pour se rappeler pour qui et quoi je travaille. Avoir du temps n’a pas à être synonyme de plus de travail mais de savoir le prendre, de s’aménager une certaine tranquillité d’esprit qui, une fois la tempête derrière nous, sera autant profitable que les 14 258 articles accumulés. Alors pensez à vous !


2 réponses sur “Confinement international”

  1. Cher Felix Dusseau, merci pour cette belle réflexion qui me fait déculpabiliser (un peu) mon rapport à mon travail actuellement.
    Je suis musicienne et me retrouver seule face à mon instrument est difficile à appréhender.
    La tranquillité d’esprit, à méditer donc …

    1. @Albane: Exercice difficile, clairement. La solution que j’ai trouvé (mais ça n’engage que moi) est de me fixer chaque jour des petits objectifs simples mais qui, cumulés, me font dire que j’ai pu faire des choses. Hier c’était cirer mes chaussures (ce que je n’avais pas fait depuis des semaines), faire 20 minutes d’exercice, mettre en page 3-4 articles pour ma liseuse et terminer le chapitre du livre que je lis actuellement et méditer 10 minutes. En soit, rien de bien long mais j’ai pu tout faire ce qui m’a permis d’aller me coucher satisfait.

      Courage ! La période n’est pas facile mais on va s’en sortir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.