#2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Cette semaine, la 24ème dans le calendrier scolaire, est la deuxième semaine du confinement, la deuxième semaine loin du lycée, loin des corps des élèves, même si cette dernière affirmation, on va le voir, est sujette à nuances.

La première épreuve à surmonter est la disparition du cadre spatio-temporel, et celle des protagonistes, pour employer un vocabulaire d’analyse littéraire qui m’est familier. Plus d’horaires, plus de présence, ni des élèves, ni du prof. J’avoue avoir toujours vécu un peu le groupe classe comme une sorte de violence : entrée en classe des élèves dans le brouhaha, bavardages, visages visiblement endormis ou indifférents, démotivation, etc. D’autant plus avec le nombre d’élèves que nous avons dans chaque classe ces dernières années (32 à 35 élèves dans chaque classe). Leur absence – je dois avouer pour ma part que cette disparition soudaine de tous ces visages, quelque part, provoque une détente, une forme de relaxation, de soulagement – fait soudain prendre conscience de la violence que représentait la contrainte du cours confiné : j’appelle, on l’aura compris, cours « confiné », le cours habituel. Celui qui se déroule à heure fixe, dans un lieu fermé d’où on ne peut sortir qu’au terme des rituelles 55 minutes, ou parfois des 110 minutes (si le cours dure deux heures). Font aussi partie de ce que, par renversement, on peut appeler le « confinement » des heures de cours normales, la contrainte du tableau, du réseau informatique (ENT) par lequel nous sommes obligés de faire l’appel en début de séance, et qui souvent nous cause du tracas lorsque nous avions prévu de baser notre séance sur un support vidéo en ligne et que la connexion rame ou que le video-projecteur dysfonctionne. Dans la nouvelle organisation : on pourrait s’enjailler de n’avoir plus à se lever aux aurores, et d’être « déconfiné » de la salle de cours. Mais, car il y a un « mais », bien entendu : le sommeil est perturbé par ce manque de rythme, de contraintes horaires… Satanée horloge biologique !

Cependant, ces corps ont-ils véritablement disparu ? Ce n’est pas si simple qu’il y paraît. Des corps absents réapparaissent : ceux des parents, et ceux de certains élèves souvent intimidés par le contexte de la grande classe, et plus à l’aise dans leur chambre et devant leur ordinateur.

Un exemple parmi les parents : j’ai reçu plusieurs retours avec des remerciements de nous donner tant de peine pour les élèves, pour leur envoyer du travail, etc. Mais je me pose une question corollaire : le reste du temps, pendant l’année, quand il faut aller au lycée, gérer le groupe classe, diriger les débats, faire taire les bavards, motiver les endormis, etc…. jamais une reconnaissance (ou si rarement!) de la part des parents : pourtant, c’est bien plus dur physiquement et moralement que la distance numérique de cette expérience singulière liée au confinement !

Un exemple parmi les élèves : une élève inscrite sur ma liste d’appel, est absente depuis plusieurs mois car elle fait face à une maladie sévère. Avec le cours à distance, elle est revenue dans le circuit, si je puis dire, et nous allons exploiter le temps dont je dispose ici (et elle également), pour tenter une ou deux séances de « cours particulier » avec l’appel video sur Whatsapp. J’aurais peut-être l’occasion d’en reparler. C’est la maman de cette élève qui a pris contact avec moi pour me demander d’aider plus particulièrement sa fille, très stressée à l’idée de ne pas parvenir à se sortir de la « lecture linéaire » d’un extrait de la Princesse de Clèves que j’avais donné. Ces parents, cette élève malade : deux corps absents de la salle de classe, qui reprennent présence et densité avec le confinement.

Autre élément des corps des élèves : leurs voix. Cela peut paraître complètement contre-intuitif aussi, mais dans la contrainte de la classe physique, il est assez fréquent que certains élèves monopolisent la parole, et que d’autres, pas très à l’aise avec l’oral en présence du groupe-classe, préfèrent se taire, alors qu’ils ont, on le sait pour lire leur copies, parfois excellentes, beaucoup de choses à dire. Dans le contexte des débats « philo » organisés par mon collègue sur Whatsapp, le groupe des participants est réduit (environ entre 5 et 10 élèves en moyenne à chaque séance pratiquée l’après-midi entre), mais il y a des élèves qu’on entend : j’en citerais une seule, qui a écrit l’autre jour : « c’est chouette les débats ! » Le collègue de philo venait de la féliciter pour ses nombreuses interventions, et notamment pour ses « vocaux » (enregistrements courts diffusés sur l’appli) ; elle qu’on entend si rarement dans la classe complète ! Il n’est pas très original de le dire ainsi, mais la contrainte du groupe de 35 élèves et du confinement de la pédagogie dans la salle de classe présente aussi de nombreux défauts, à commencer par celui d’empêcher la prise de parole de certains élèves. Et on parvient à ce curieux paradoxe de la présence physique (par la voix) de certains élèves, dans le champ de la classe virtuelle, à distance, quand ils étaient silencieux et plutôt « absents » dans le contexte de la classe réelle.

En bref, confiné, le professeur voit des ectoplasmes, et il entend des voix…

Enfin plusieurs nouvelles pistes me sont apparues ces derniers jours : la première est que ce confinement provoque une disparition des frontières qui peut paraître, là encore, paradoxale. On est enfermé chez soi, et pourtant, on a l’impression parfois d’être inondé de travail, d’être submergé par les retours d’élèves, les exercices qu’ils font et envoient, les mails, les questions qu’ils posent. J’explorerai cet aspect de la disparition des frontières entre l’intime et le métier, que nous percevons dans les premières semaines de « continuité pédagogique » à domicile. La seconde piste me paraît passionnante mais délicate : par delà la polémique permanente et quelque peu stérile entre les « pédagogistes » et les « Républicains traditionalistes », ce confinement me semble dévoiler une fracture plus profonde dans le système français : la notion de « contrôle », ennemie du « lâcher prise », que nous interrogerons dans un prochain billet.


Une réponse sur “#2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique”

  1. Merci Jean pour tes billets, que je trouve très intéressants et très justes. Très bonne question que celle du conflit entre ce que tu appelles “contrôle” et “lâcher prise” (je n’aurais pas mis ces mots-là, mais au fond cela revient au même que ce que j’expérimente de mon côté…)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.