Marges et marginalités : des questions spatiales vitales en période d’incertitudes

L’auteur : Etienne Randier-Fraile, architecte DE HMONP et doctorant au sein de l’unité de recherche LabEx Architecture, Environnement et Cultures Constructives à l’ENSAG

Je suis architecte praticien et tout juste inscrit en première année de doctorat à l’ENSA de Grenoble, Université Grenoble Alpes. Cette période et ce texte m’offrent l’opportunité de préciser mes questions et mes hypothèses de travail qui interrogent les marges en contexte d’incertitudes. En effet, un cas d’étude grandeur nature se déroule sous mes yeux. J’observe les effets de cette « crise » sur les espaces et leurs usages. Mais si aujourd’hui, ce sont surtout les effets en chaîne du coronavirus qui sont inconnus et qui expliquent la paralysie de la moitié du monde, demain ce seront les effets du réchauffement climatique qu’il faudra remettre au cœur des préoccupations. Alors, pour ce texte je me suis interrogé sur nos espaces habités, des espaces fortement modifiés pendant cette période, de l’échelle de l’intime à l’échelle de l’espace public, et en quoi les marges et les marginalités se révèlent être des « espaces-ressources » sollicités.  

En période de confinement, et face au contrôle exercé par le politique, les grandes métropoles semblent se vider. Globalement, les choix qui se sont imposés à nous sont soit un aller simple pour la « campagne », afin de bénéficier de grands espaces pour ceux qui ont ce privilège, soit un « repli » sur la sphère intime. Dans les deux cas, une prise de conscience s’opère quant à l’importance des espaces que nous habitons. La densité des grandes métropoles devenant synonyme de contagion, la forte proximité des habitants semblant favoriser la circulation du virus, que ce soit à Wuhan, New-York, Paris, Madrid ou Milan, l’espace ouvert ou extérieur, soit au sein même de notre logement soit par l’appropriation temporaire d’espaces, s’impose comme un refuge. Réaliserait-on l’importance d’un petit balcon, d’un auvent, d’une terrasse, d’un jardin ou de tout autre espace extérieur accessible, mais aussi de la rue, des parcs, des espaces de nature et des espaces publics en général ?

Vus depuis notre échelle, les pratiques et les usages se transforment. Puisque nous passons beaucoup plus de temps chez nous, la cellule de l’intime se trouve bouleversée. Cela évoque que nos intérieurs doivent pouvoir se configurer de façons multiples. C’est tout le travail de l’architecte Sophie Delhay1 qui part des qualités d’usages pour réinventer la cellule minimale de l’intime, qui démultipliée constitue le logement. Elle le démontre notamment par l’opération de 40 logements réalisés pour le Grand Dijon Habitat où chaque logement est imaginé pour être habitable suivant des usages partagés dans l’espace et/ou dans le temps : co-working, co-living, un ou deux séjours isolés, prolongement du séjour sur l’extérieur… De récits divers dans la presse aux témoignages de proches, nous modifions tous notre manière d’habiter. Certains changent le mobilier de place pour mieux travailler et s’isoler, quand d’autres recherchent l’extérieur. En effet, beaucoup semblent se tourner vers les cœurs d’îlots, quand bien même ceux-ci ne sont pas prévus pour être investis. Espaces à l’abri de tout contrôle, ils représentent un espace de liberté auquel chacun devrait pouvoir avoir accès. Initialement dédiés au rangement, à l’entrepôt des bicyclettes ou des ordures, ils sont investis et appropriés par les habitants qui n’hésitent pas à les transformer. Les toitures, des garages ou des locaux de rez-de-chaussée initialement non accessibles, sur lesquels donnent certains appartements du premier étage sont investis pour se transformer en prolongement du chez-soi, réelle terrasse pour de nombreux usages de la vie quotidienne.

Photo 1 – La vue sur le cœur d’îlot depuis chez moi. Les usages se déploient dans le temps dans un cœur d’îlot habituellement vide et inaccessible.
Photo 2 – Cadrages sur les usages et les espaces. Appropriation et modification de la cour par les habitants. On imagine alors facilement un projet de transformation sur cet espace.

Aussi, l’espace public, en tant qu’espace ouvert de grande échelle, revêt une tout autre dimension : il devient vital en période de crise. Il représente, en tout cas, l’unique « porte de sortie » pour les personnes qui ont de petits logements. Ils pallient alors, en partie, les inégalités. Mais pas seulement, sa grande dimension, sa végétalisation, sa capacité à accueillir le vivant et le non-vivant, à absorber les aléas, sanitaires aujourd’hui, climatiques demain, doit être interrogée. Quand on voit à quel point, le bouleversement des écosystèmes à l’échelle planétaire2 entre autres facteurs3 peut engendrer une telle crise sanitaire, on doit alors se questionner sur la capacité du projet de la puissance publique à respecter, accueillir et recréer des habitats pour tous les êtres vivants.

Aujourd’hui, sous l’effet des incertitudes sanitaires, ce sont les marges et les marginalités, qui se révèlent sous nos yeux. Si la marge renvoie à la marginalité, elle est aussi l’espace des imprévus, qu’ils soient climatiques, économiques, ou sanitaires… Elle est d’habitude non habitée, car dédiée originellement à l’absorption des dangers et des risques. Pierre Sansot évoque les « marginalités »4 face à une vie trop contrôlée. Les dispositifs de la société pesant sur les individus, et le centre n’étant plus investi, c’est la généralisation des pratiques marginales. Dans un contexte où les espaces publics et les centres-villes sont désertés, les pratiques marginales prennent alors le relai et modifient les espaces. Les marges existantes, officiellement non accessibles ou non habitées, ne demandent qu’à être révélées et activées en ces périodes d’incertitudes. Elles sont des ressources en attente, disponibles en cas de crise, constituées par des vides, activées par les usages, adaptables et modifiables dans le temps. Une série de questions se précisent et se posent : Les marges constituent-elles alors des espaces temporaires, qui s’éteignent une fois la crise passée ? Ou doit-on envisager demain la généralisation des marges et des marginalités pour mieux gérer les incertitudes et risques climatiques à venir ? Quels espaces sont déjà fortement mobilisés en cette période ? Quels espaces complémentaires pouvons-nous activer ? Quelles ressources mobiliser ? Quelle place pour le vivant au sein de ces espaces ? Autant de questions qui se posent autant au jeune doctorant en architecture qu’à l’architecte praticien que je suis.


1 Sophie Delhay à la tête d’une agence du même nom, lauréate de l’équerre d’argent catégorie habitat en 2019.

2 En effet, la destruction des habitats naturels et leurs remplacements par du bâti ou des élevages engendrent le déplacement des virus et la probabilité d’un contact avec l’homme.
Shah, Sonia, « Think Exotic Animals Are to Blame for the Coronavirus ? Think Again. » in The Nation, 18 février 2020. [En ligne]Disponible sur : <https://www.thenation.com/article/environment/coronavirus-habitat-loss/> (consulté le 22 mars 2020).

3 « L’effet combiné des changements institutionnels et environnementaux augmentent les risques de pandémie mondiale dans l’Anthropocène et même pour des maladies infectieuses facilement évitables aujourd’hui ».
Hirschfeld, Katherine, « Microbial Insurgency: Theorizing Global Health in the Anthropocene » inThe Anthropocene Review, volume 7. [En ligne]Disponible sur : <https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2053019619882781> (consulté le 23 mars 2020).

4 Olivier Mongin in La marginalité urbaine, Rivages poche, 2017, p.26.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.