#3 À l’école du confinement : les masques et le contrôle

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Débats et petites polémiques dans le Landernau de la « pédagogie en mode distant ». Quand on les avait sous la main, les élèves, on les avait aussi « à sa main ». Quelque chose de l’ordre du pouvoir sur eux, qui s’effiloche, qui s’estompe. Dès lors, on s’agace de ces petits riens qui montrent comment les uns et les autres veulent tirer profit de la situation. Hier, un collègue au téléphone : un travail avait été donné à faire avant le confinement, le cours support était en possession des élèves. Le collègue considère donc comme normal de réclamer aux élèves qu’ils rendent, par mail, tous sans exception, leur travail à la maison à partir de ce sujet datant d’avant la grande quarantaine ! Et voilà que certains commencent à rechigner, à négocier, à revendiquer à distance : « Non, Monsieur, ce n’est pas juste, car cette note ne doit pas compter dans notre évaluation ; en effet, il a bien été dit que toute note donnée durant la période du confinement ne pourrait pas compter, rupture d’équité oblige ! » Ah, mais voilà, nous y sommes ! On commence à tomber les masques (ce n’est pourtant pas le moment, si j’en crois le retour en grâce de ces accessoires du théâtre / dispositifs médicaux de plus en plus nécessaires) !

De fait, voici ce que cela révèle, à mon sens. L’enseignement, c’est inconsciemment une affaire de pouvoir. Qu’ont compris ces élèves ? Une chose évidente : les notes que nous leur mettons tout au long de l’année de Terminale, pour ne parler que de ceux qui passent cet examen important, sont souvent assez basses, par rapport à celles que nous leur mettrons lors des épreuves de fin d’année : en effet, par le jeu conjugué d’une intériorisation de la « bienveillance » en « évaluation certificative 1», et des consignes officielles données lors des réunions d’harmonisation, il se produit chaque année en juin un phénomène de clémence généralisée : si pendant l’année, nous estimons être dans notre droit (c’est dans notre « pouvoir »?) en ayant des exigences d’excellence dans les travaux faits par les élèves, nous faisons preuve, au bac, d’une plus grande clémence dans l’évaluation. D’où la crainte légitime des élèves cette année : mais si on nous attribue le bac au contrôle continu, nous allons avoir plus de mal à l’obtenir, et en particulier à avoir une bonne mention. Et il faut l’avouer, le raisonnement se tient !

Allons plus loin : ne plus avoir les élèves devant soi, ne pas pouvoir leur postillonner au visage des consignes, des remarques, de l’aide (ne soyons pas trop négatif), c’est aussi perdre l’assise de pouvoir que nous avons sur eux. Et de fait, si l’élève se tourne vers la hiérarchie pédagogique et politique -allons jusque là- on lui donnera raison : le ministre a bien dit que les notes données pendant le confinement ne compteraient pas ! Pourtant, le raisonnement du collègue était tout à fait juste ! L’enseignant sans son masque d’autorité, n’est plus servi ni porté par son visage réel devant le visage réel de l’élève, et il perd de sa superbe, il perd même toute raison d’être (en tant que prof). Il faut relire Levinas : dans Ethique et infini, il pose l’idée que l’autre m’apparaît d’abord dans un « il y a » impersonnel. Et afin d’exister pour autrui autrement que dans cette relation impersonnelle, afin que la relation devienne éthique, il faut qu’autrui prenne une existence concrète. Cette existence concrète, selon lui, c’est le visage. D’où l’importance, pour un monde éthique, de se parler de visage à visage, et de préférence sans masque…2 De quoi réfléchir à l’actualité ! On l’avouera.

Maintenant, un effet rebond de notre raisonnement. Si la distance fait disparaître les visages, cela révèle également à quel point la classe est un jeu théâtral de masques : le masque d’autorité du prof, versus le masque de docilité (avec parfois bien entendu quelques réfractaires…) de l’élève. Le confinement fait tomber ces masques. Alors, c’est du Marivaux à l’envers. Chez lui, le masque sert toujours à dévoiler la Vérité. C’est le fameux paradoxe du « mentir vrai » : ses personnages se déguisent pour savoir qui est vraiment cette femme, cet homme, que je dois épouser (Le Jeu de l’Amour et du Hasard par exemple) ? Ainsi, le masque fait tomber les masques. Eh bien, hasardons, pour aujourd’hui, l’hypothèse étonnante que le confinement, dans la relation prof-élèves, fait fait lui aussi tomber les masques : le prof se trouve cruellement dépourvu de son masque d’autorité, l’élève se trouve soudainement allégé de son masque de docilité… on pourrait avoir peur. Ou pas !

Car oui, allons au bout du chemin : soulagés de leur masque collectif (j’avais pu montrer dans un billet précédent comment le « groupe » neutralise l’expression individuelle, par effet de timidité et de prise de parole compliquée par le nombre), les élèves redeviennent petit à petit des subjectivités individuelles, débarrassés de leur pesant rôle social au sein du groupe classe. Et dans un prochain billet, je reviendrai sur quelques dévoilements d’élèves, qui se sont produit depuis le début de cette aventure singulière : celui qui vous envoie un mail timide en vous disant qu’il trouve du mystère à la littérature, que ça l’intéresse vraiment, mais qu’il ne sait pas pourquoi ; qui demande si vous comprenez ce qu’il veut dire, et qui vous dit qu’il ne veut pas vous déranger. Cet autre qui vous écrit, de personne à personne, par mail, pour vous demander ce qu’on attend exactement de lui, qu’il est prêt à faire de gros efforts pour ne pas redoubler une nouvelle fois sa seconde… Et puis, comme promis, je reviendrai aussi sur cette idée d’un lâcher-prise pédagogique à trouver, car le système d’enseignement, de ce point de vue, en France, me paraît désespérément « raide » !


1L’évaluation « certificative » est celle pratiquée pour l’attribution d’un diplôme : elle sanctionne un cycle d’étude par une note. Elle se distingue par exemple de l’évaluation « formative » qui sert, durant les apprentissages, à permettre à l’élève d’apprendre des notions, ou de l’évaluation « sommative », qui termine une séquence pédagogique par la vérification des acquis du travail d’apprentissage.

2C’est une des idées qui ont inspiré la loi de 2004 interdisant le port du voile dans l’enceinte des établissements éducatifs, et plus généralement ce qui sous-tend la critique laïque contre les vêtements qui cachent entièrement le visage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.