#5 A l’école du confinement : le monde d’après, est-ce qu’il existe ?

L’auteur : Jean-Thiébault Urbanprofesseur agrégé de lettres en Auvergne

Ces deux semaines de pause ont permis de sortir la tête des aller-retour incessants entre l’homme et les machines, le corps et l’ordinateur. Jusqu’ici, je me suis plié docilement aux injonctions de « continuité » pédagogique, cette sorte de mantra magique destiné à conjurer la peur de perdre les élèves plus qu’autre chose, à les voir échapper à notre contrôle d’adulte, d’institution (voir le billet précédent). Mais après réflexion, j’estime qu’il s’agit là d’une forme de mascarade. On ne peut pas continuer à faire classe, sans avoir devant soi des élèves en chair et en os, sans avoir une classe, ou au moins un bout de classe. Alors je change mon fusil d’épaule. Bien entendu, on pourra toujours m’envoyer des performances orales pour préparer l’épreuve de Première qui reste maintenue (je gage qu’elle ne le sera plus dans quelques semaines, et que son maintien fait surtout office, ces derniers temps, de carotte pour continuer à faire avancer la bête…) Alors, dans ces conditions, et une fois prise la décision de s’affranchir d’une norme qui n’a même pas été dite, mais que nous avons tous (élèves, parents, professeurs)  intériorisée (à savoir : rien n’est comme avant, mais surtout il faut absolument faire comme avant !), que pouvons-nous inventer qui soit adapté à la fois à la situation actuelle, et qui permette de ne pas faire comme si cette crise n’existait pas, comme si tout allait pouvoir recommencer exactement de la même manière qu’avant ?

            Alors voici ce que j’ai proposé à mes élèves : construire collectivement, tous ensemble, un projet éditorial utopique. L’utopie, c’est le monde tel qu’on le rêve, tel qu’on l’imagine afin qu’il soit parfait, idéal. Dans les temps passés tant de grand auteurs ont exploré ce genre afin de nous faire entrevoir par l’imagination ce que la réalité nous cachait. Nous allons donc faire ce que j’ai appelé un « Journal utopique de déconfinement ». Pour l’instant, je n’ai fait que jeter une bouteille à la mer : j’ai envoyé un mail à tous les élèves dont je suis chargé cette année (au total plus de 120 jeune filles et jeunes gens, de seconde, première, terminale et même une classe d’étudiants en DNMADE – Diplôme National des Métiers de l’Animation et du Design d’Espace), et je leur ai proposé cette idée : rêver en Utopie du monde d’après le confinement.

            Stratégie du « projet », exact inverse de la politique du « contrôle » à l’oeuvre dans les programmes, les pratiques d’évaluation des élèves au lycée ! Il s’agit pour le professeur d’ouvrir en quelque sorte une boite de Pandore, d’accepter de ne pas maîtriser ce qui en sortira. Proposer, guider, puis laisser faire ! Il me semble que c’est le sens initial du terme « pédagogue ». Voici la présentation du projet telle que je l’ai faite sur le « Padlet » que j’ai envoyé à tous les élèves : « Je propose un projet commun à tous les élèves que j’ai en charge, que je ne vois plus physiquement, et que je ne souhaite pas enfermer davantage dans un contrôle de type « scolaire », puisque d’école en ce moment, précisément, il n’y a plus vraiment. Ce que nous perdons avec le confinement, le collectif de la classe, recréons-le dans ce projet virtuel : j’en appelle donc à votre force d’imagination et de création pour me proposer des articles sur tous les sujets susceptibles de nous faire ressortir meilleurs, plus optimistes, plus humains, plus ouverts, plus inventifs, afin que l’avenir se dessine autrement que dans les couleurs sombres du pessimisme et de la peur. Vous êtes musicien, poète, écrivain, artiste : partagez vos oeuvres ici ; vous avez des idées, des opinions, dites-le nous ; vous aimez tel musicien, tel film, tel jeu video, montrez-nous, dites-nous pourquoi ; vous avez des utopies pour l’avenir, racontez-nous ; vous vous posez des questions, partagez-les, demandez des réactions… Et construisons ensemble un « journal utopique du déconfinement » !

            Ce que j’attends, en réalité, c’est un désir commun de quelque chose, la prise de conscience qu’il est essentiel de collaborer, de travailler ensemble, et non pas de rester toujours la cheville ouvrière individuelle d’un appareil de production qui nous dépasse et nous écrase. Pour l’instant, j’ai reçu deux ou trois réponses : un retour de mail d’un parent qui trouve que l’idée est bonne, deux élèves qui m’ont posé des questions sur ce qu’ils avaient le droit de faire : peut-on faire une dystopie ? A-t-on le droit de travailler à plusieurs : deux questions qui paraissent anodines, mais où s’exprime une fois de plus leurs angoisses de mal faire, et les normes inconsciemment intériorisées : pas en groupe, et où sont les interdits. Si je dis « l’initiative doit venir de vous », et « faites comme vous voulez », alors rapidement ils se sentent perdus !

            Autre retour arrivé aujourd’hui : un élève en difficulté avec l’institution, faisant partie de ceux qui ne sont pas très réactifs depuis le début de l’enseignement à distance. Il voudrait proposer un article avec des liens vidéos sur le Beatmaking : excellente idée, et qui témoigne à mon sens, du plus grand manque du système éducatif actuelle en France. La pratique d’une expression artistique, et la réflexion autour de cette pratique, la culture des formes d’expression artistiques. Je ne sais pas, à vrai dire, ce qu’il adviendra de ma proposition : j’ai peur d’une dilution dans le temps, peur aussi que bon nombre d’élèves se dispensent de participer et d’apporter leur pierre à cet édifice, mais j’ai aussi l’espoir d’y voir fleurir, au gré des idées qui leur viendront, des prises de risque, de la créativité, des idées pour le monde futur qui sortira de cette crise. Nous verrons…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.