L’intérêt commun et l’ouverture des données

L’auteur : Antoine Savornin, cadre dans la fonction publique et masterant en études médiévales à l’Université Lyon-II

Je suis étudiant en master d’études médiévales. J’effectue une recherche sur les modes de stockage agricole en région lyonnaise. En parallèle, je suis aussi cadre dans les finances publiques françaises. Ce double statut m’a conduit à trouver un équilibre entre profession et études, bien avant le confinement. Dans ce bref article, je vais tenter de démontrer le bénéfice que le confinement m’a apporté.

Les mesures de confinement ont stoppé mon activité professionnelle mais aussi mes études. Je pensais donc réduire le rythme de ma recherche, par manque d’accès aux différentes données disponibles sur place (archives, Service Régional d’Archéologie ou les bibliothèques universitaires). Vraisemblablement, les instances publiques n’étaient pas prêtes à poursuivre  une recherche à distance. A mes yeux, il s’agit là d’une inéquation des administrations avec la modernité.

Paradoxalement, j’ai constaté, comme beaucoup, un regain pour l’intérêt général chez différents acteurs de notre milieu.

Dans un premier temps, M. Garcia, Directeur de l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive, a ouvert en accès libre l’ensemble des documents de l’INRAP à travers la plateforme Dolia. 

Dans un second temps, j’ai été amené à rejoindre sur un réseau social le groupe « La Bibliothèque Solidaire du confinement #BiblioSolidaire ». Il s’agit d’échanges gratuits de documents dématérialisés (photos, scans ou PDF). J’ai pu ainsi bénéficier, en tant que demandeur ou offreur, d’ouvrages que je n’ai pas eu l’opportunité de consulter avant le confinement.

Enfin, pour les ouvrages restants, l’ouverture d’OpenEdition m’a permis de consulter et télécharger tout un ensemble d’ouvrages.

Etant habitué à la dématérialisation, j’ai mis à profit la situation. La réduction de mon besoin de déplacement, de mon temps de travail et l’accès à toutes ces données ont bouleversé positivement mon calendrier. 

J’ai donc enrichi ma bibliographie par l’apport massif de PDF. En outre, l’ouverture de Dolia me permet de gagner un temps considérable dans mes travaux. La recherche de rapports de fouilles est souvent complexe, avec la multiplication des opérateurs  (INRAP, HADES, collectivités territoriales, etc.). Dolia regroupe les rapports de fouilles de l’INRAP, le premier opérateur archéologique. Dans la cadre de ma recherche, j’ai pu consulter environ 60 % des rapports de fouilles nécessaires à mon étude. Or, je n’envisageais pas cette collecte avant l’hiver prochain. Mon organisation a ainsi été bouleversée. Mon calendrier a donc été revu, et j’ai pu étendre géographiquement mon aire d’étude.

Le regain d’intérêt pour le bien commun m’interroge toutefois. La question de l’ouverture des données est assez sensible en archéologie. En effet, les données archéologiques peuvent donner lieu à des pillages, des dégradations ou simplement des dévaluations foncières. Pour autant, à l’heure d’une décentralisation de plus en plus marquée, les notions de territoire et de patrimoine local se renforcent. L’hermétisme des données archéologiques peut donc être contesté afin de démontrer le riche passé d’une collectivité. Ce jeu d’équilibriste reste sensible et l’ouverture post 11 mai de ces données n’est que mirage.

L’ouverture de ces données et l’intérêt  commun semblent déjà disparaître. Ainsi, l’INRAP et le site Dolia ne seront plus librement accessibles dès le 15 mai. Quid de la #Bibliosolidaire et d’OpenEdition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.