#1 À l’école du confinement : les présentations

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Je suis prof, j’habite loin de mon lycée (63 km), et depuis le confinement, je suis soulagé de mes deux heures de trajet quotidien pour aller au travail et en revenir. Avec le confinement, lorsqu’on est enseignant, le premier constat est qu’on «ne va plus au travail », mais que le travail vient à vous. Ce qui est, au fond, le lot de bien des professions d’encadrement, invitées au télétravail.

La première semaine (23) a été l’occasion d’une forme d’ajustement : d’un côté l’injonction de notre tutelle ministérielle à ce qui a été immédiatement appelé la « continuité pédagogique » (il ne fallait pas lâcher les élèves, ne pas rompre ce lien tissé depuis le début de l’année scolaire) ; de l’autre, les circonstances, qui étaient, objectivement, celles d’une rupture du lien : il n’y a plus de classe physiquement réunie dans un lieu, sous la houlette d’un enseignant qui rythme le temps du cours, supervise les activités, donne les consignes et les fait appliquer. Le lien est rompu, mais il faut le maintenir. Nul enseignant n’a jamais été contraint de voir disparaître du jour au lendemain les formes physiques et présentielles du lien pédagogique, et d’être obligé d’en créer de nouvelles, à distance, pour tous ses élèves, de façon massive, et virtuelle. Un chamboulement brutal. Et un paradoxe : maintenir la classe sans être en classe.

Les outils se sont créés d’eux-mêmes en deux jours (à partir du lundi de la semaine 23, i.e. le 16 mars dernier) : je faisais partie déjà d’un groupe Whatsapp avec les profs qui avaient accompagné l’an dernier un voyage pédagogique en Angleterre. Ce groupe s’intitule (obviously) « Dream team ». Il s’est réactivé de lui-même. Nous avions également déjà créé depuis plusieurs mois un autre groupe d’enseignants, cette fois disciplinaire, avec mes collègues de Lettres. Ce groupe est intitulé, Equipe Lettres Descartes (c’est le nom de mon lycée) Thélème (référence à l’utopie pédagogique de Rabelais dans Gargantua). Nous disposons également de l’ENT (Environnement Numérique de Travail) du lycée, et en particulier de sa messagerie, qui sert d’ordinaire à communiquer entre nous et avec les familles. Il se trouve que, sous l’effet du nombre brutal et massif des connexions à l’ENT, par les profs, les familles et les élèves, celui-ci a très vite saturé, et la première semaine a été marquée par sa défaillance généralisée. Il a donc fallu lui trouver un ersatz satisfaisant et efficace.

Certains collègues ont opté pour la classe à distance, avec des outils de dialogue en ligne. De façon sans doute maladroite en commençant par choisir, sur la suggestion d’élèves, accoutumés à utiliser ces outils dans le cadres des jeux vidéos en ligne, des logiciels comme « Discord ». Ce logiciel a été assez rapidement abandonné par certains, car il était déconseillé par le ministère, à cause de certains problèmes de protections des données (malware, phishing, etc.), et parce que certains élèves avaient adopté un ton et des contenus plus en rapport avec l’usage ludique de ce support qu’avec la retenue requise habituellement dans la cadre d’un cours normal au lycée. Où l’on voit d’ailleurs poindre déjà un thème intéressant : l’adaptabilité des acteurs à la nature du support des échanges ; et la modification du « langage » pédagogique, donc du lien entre le prof et les élèves. On ne parle pas de la même façon selon qu’on est dans un contexte collectif de cours en classe ou dans son fauteuil de « gamer » en train de jouer en ligne.

À titre personnel, j’ai d’abord voulu envoyer un mail à tous mes élèves, par classe, pour tenter de leur donner des consignes de travail pour les jours à venir. Manipulation impossible du fait de la saturation de l’ENT. J’ai donc demandé à une collègue du lycée qui s’occupe de l’informatique, de me transmettre les données de communication à sa disposition (fichier des adresse mails, numéros de téléphone…) Dans ce fichier, j’ai constaté que j’avais quasiment toutes les adresses mail des parents, mais très peu d’adresses mail des élèves. Fracture numérique générationnelle : les adultes disposent tous d’un ordinateur personnel, mais les enfants, eux, ont des smartphones, et utilisent souvent l’ordinateur de leurs parents. L’essentiel de leur navigation sur le net se fait par le téléphone portable (et ses outils dédiés : réseaux sociaux, instagram, whatsapp plutôt que messagerie). La première étape de cette semaine 23 a donc consisté pour moi à constituer des fichiers d’adresses mail par classe : j’ai créé des listes de diffusion pour toucher tout le monde, à partir du fichier des adresses des parents. Bénéfice induit, tout à fait inattendu : recréer miraculeusement le contact avec les familles. Dans l’école de France actuellement, l’un des problèmes, on le sait, est la distance très grande qu’il y a entre le système éducatif et les familles : très peu de représentants de parents aux conseils de classe, des rendez-vous rares avec les familles, peu de contact réels, et souvent une relative incompréhension mutuelle.

Puis, avec les numéros de téléphone des élèves, j’ai créé un groupe Whatsapp de la classe de Terminale L dont je suis professeur principal, dans lequel je me proposais de les avertir d’un envoi de mail comportant des documents et des instructions de travail. En réalité, cette pratique de groupe Whatsapp a très vite eu une autre utilisation (que je décrirai dans un prochain billet). De plus, nous avons converti mon collègue de philo qui a également créé un groupe Whatsapp sur lequel il propose chaque jour depuis quelques temps, des débats autour de questions philosophiques.

Au bout d’une semaine, je me suis fixé ce modus operandi : liaison quotidienne par Whatsapp avec l’ensemble des élèves pour diffuser les infos collectives et prendre le pouls du moral de chacun / envoi, par classe, des consignes et documents de travail pour la semaine à venir, le dimanche soir (par la liste de diffusion par mail) / réception des travaux des élèves, lecture de ces travaux, bilans et corrigés envoyés par le même canal le samedi. Ceci nécessite une grande disponibilité.

Dans le prochain billet, on verra comment ces outils se sont développés, quels usages inattendus ils ont pris, et comment tout ceci, au fond, repose d’une façon inédite, des questions profondes de pédagogie, pointant implicitement de nombreuses failles du système éducatif français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.