#5 A l’école du confinement : le monde d’après, est-ce qu’il existe ?

L’auteur : Jean-Thiébault Urbanprofesseur agrégé de lettres en Auvergne

Ces deux semaines de pause ont permis de sortir la tête des aller-retour incessants entre l’homme et les machines, le corps et l’ordinateur. Jusqu’ici, je me suis plié docilement aux injonctions de « continuité » pédagogique, cette sorte de mantra magique destiné à conjurer la peur de perdre les élèves plus qu’autre chose, à les voir échapper à notre contrôle d’adulte, d’institution (voir le billet précédent). Mais après réflexion, j’estime qu’il s’agit là d’une forme de mascarade. On ne peut pas continuer à faire classe, sans avoir devant soi des élèves en chair et en os, sans avoir une classe, ou au moins un bout de classe. Alors je change mon fusil d’épaule. Bien entendu, on pourra toujours m’envoyer des performances orales pour préparer l’épreuve de Première qui reste maintenue (je gage qu’elle ne le sera plus dans quelques semaines, et que son maintien fait surtout office, ces derniers temps, de carotte pour continuer à faire avancer la bête…) Alors, dans ces conditions, et une fois prise la décision de s’affranchir d’une norme qui n’a même pas été dite, mais que nous avons tous (élèves, parents, professeurs)  intériorisée (à savoir : rien n’est comme avant, mais surtout il faut absolument faire comme avant !), que pouvons-nous inventer qui soit adapté à la fois à la situation actuelle, et qui permette de ne pas faire comme si cette crise n’existait pas, comme si tout allait pouvoir recommencer exactement de la même manière qu’avant ?

Continuer la lecture de « #5 A l’école du confinement : le monde d’après, est-ce qu’il existe ? »

#4 À l’école du confinement : le bac de français, l’évaluation, l’intériorisation du contrôle

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Tout le monde l’aura entendu, les épreuves du bac 2020 en terminale sont toutes remplacées par une attribution du bac au contrôle continu. Mais depuis une petite quinzaine de jours, j’essaie d’entraîner mes élèves à l’épreuve orale du baccalauréat de Français en Première, la seule maintenue par notre ministre. Pourquoi a-t-il maintenu cette seule épreuve ? Et que faisons-nous désormais, dans le cadre de la pédagogie à distance, pour préparer les élèves à cette épreuve ?

Continuer la lecture de « #4 À l’école du confinement : le bac de français, l’évaluation, l’intériorisation du contrôle »

#3 À l’école du confinement : les masques et le contrôle

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Débats et petites polémiques dans le Landernau de la « pédagogie en mode distant ». Quand on les avait sous la main, les élèves, on les avait aussi « à sa main ». Quelque chose de l’ordre du pouvoir sur eux, qui s’effiloche, qui s’estompe. Dès lors, on s’agace de ces petits riens qui montrent comment les uns et les autres veulent tirer profit de la situation. Hier, un collègue au téléphone : un travail avait été donné à faire avant le confinement, le cours support était en possession des élèves. Le collègue considère donc comme normal de réclamer aux élèves qu’ils rendent, par mail, tous sans exception, leur travail à la maison à partir de ce sujet datant d’avant la grande quarantaine ! Et voilà que certains commencent à rechigner, à négocier, à revendiquer à distance : « Non, Monsieur, ce n’est pas juste, car cette note ne doit pas compter dans notre évaluation ; en effet, il a bien été dit que toute note donnée durant la période du confinement ne pourrait pas compter, rupture d’équité oblige ! » Ah, mais voilà, nous y sommes ! On commence à tomber les masques (ce n’est pourtant pas le moment, si j’en crois le retour en grâce de ces accessoires du théâtre / dispositifs médicaux de plus en plus nécessaires) !

Continuer la lecture de « #3 À l’école du confinement : les masques et le contrôle »

#2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Cette semaine, la 24ème dans le calendrier scolaire, est la deuxième semaine du confinement, la deuxième semaine loin du lycée, loin des corps des élèves, même si cette dernière affirmation, on va le voir, est sujette à nuances.

Continuer la lecture de « #2 À l’école du confinement : l’emploi du temps, et le corps fantomatique »

#1 À l’école du confinement : les présentations

L’auteur : Jean-Thiébault Urban, professeur agrégé de lettres en Auvergne

Je suis prof, j’habite loin de mon lycée (63 km), et depuis le confinement, je suis soulagé de mes deux heures de trajet quotidien pour aller au travail et en revenir. Avec le confinement, lorsqu’on est enseignant, le premier constat est qu’on «ne va plus au travail », mais que le travail vient à vous. Ce qui est, au fond, le lot de bien des professions d’encadrement, invitées au télétravail.

Continuer la lecture de « #1 À l’école du confinement : les présentations »