Professionnellement confinée

L’autrice : Lucrèce Heux, doctorante en histoire et en psychologie à l’Université Grenoble-Alpes et à Swansea University (Pays de Galles)

J’ai ressenti le besoin d’écrire cet article après plusieurs semaines de « déconfinement ». De nombreux secteurs d’activité ont revu leurs façons de travailler pour permettre le retour d’une partie de leurs effectifs sur leur lieu de travail. Le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) a ainsi préconisé le retour étalé des personnels dans les structures de recherche, mettant l’accent sur la nécessité de favoriser la présence des contrats temporaires et notamment des doctorant·es.

Mener un travail de recherche en étant confiné·e a été difficile pour beaucoup, tant pour des questions d’accès aux ressources nécessaires pour avancer, que pour la manière dont nos relations professionnelles ont été affectées. Au-delà des avis personnels concernant le télétravail, les temps de discussions, formels et informels, font partie du contexte professionnel qui permet aux idées de se développer, et à la recherche d’avancer. La distance rend ces interactions infiniment moins fluides. Par exemple, les webinaires ne permettent pas la même qualité d’intervention que les rapports directs. Ces conférences virtuelles coupent les orateur·trices de leur audience. Elles ne donnent pas l’opportunité de se rencontrer à la fin de la séance et d’entamer une conversation sur des problématiques partagées. S’il semblait nécessaire que les universités ferment au temps fort de la crise, il apparaît maintenant essentiel que nos espaces de travail rouvrent pour limiter les dommages que la situation fait peser sur les chercheur·ses en début de carrière, dont les doctorant·es.

Ce constat a été celui du CNRS, qui a ainsi enjoint à la réouverture progressive des locaux de recherche, mais il n’a manifestement pas été celui de l’ensemble de l’Université Grenoble Alpes, à laquelle je suis rattachée. Bien sûr, la période est incertaine et les décisions difficiles à prendre. Je tiens néanmoins à exprimer ma déception et mon inquiétude face à un autre constat : l’unité à laquelle je suis associée reste fermée, alors que de nombreux laboratoires ont partiellement rouvert. Après plusieurs semaines de suspense et des Plans de Continuité d’Activité finalement annulés, l’ordre est tombé de maintenir fermé le Bâtiment Michel Dubois dans lequel se trouvent trois laboratoires de recherche. Ces laboratoires recouvrent un spectre de disciplines allant de la neuropsychologie aux sciences de l’éducation ; leurs équipes effectuent essentiellement des expérimentations sur l’humain et sont nécessairement perturbées par des restrictions d’activité. La restauration d’un environnement professionnel est cependant l’un des éléments essentiels à la reprise d’un travail déjà handicapé dans ses conditions d’expérimentation.

Ces derniers mois, chacun·e a réfléchi et mis en place des stratégies temporaires de télétravail. Ces solutions ne peuvent être considérées comme pérennes. Elles permettent une recherche au ralenti dont les contrats temporaires souffrent particulièrement. Or les agents temporaires ont d’autant plus besoin de mettre à profit leur temps passé dans chaque unité de recherche que la concurrence est rude pour les postes dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Il est difficile d’accepter le maintien d’un confinement professionnel forcé prenant pour raisons des réglementations sanitaires à géométrie variable. De nombreux laboratoires associés aux sciences dites dures ont rouvert depuis plus d’un mois, et l’arbitraire qui pousse à garder fermer les SHS est pesant, alors même que les Sciences Humaines et Sociales (SHS) se sont avérées un outil d’analyse essentiel dans la gestion de la crise actuelle. Certaines universités considèrent cependant que ces recherches souffriront modestement d’un repli sur les domiciles individuels.

Cette conception est intrinsèquement liée à un autre stéréotype persistant étant que les SHS ne nécessitent pas beaucoup de financement pour fonctionner. Dans les faits, nous apprenons à nous débrouiller ainsi depuis le début de notre formation. En histoire ou en psychologie, les stages en laboratoire font rarement l’objet de gratifications comme dans d’autres domaines scientifiques. Les stagiaires gravitent autour des statutaires sans avoir réellement de places reconnues au sein des structures de recherche dans lequel ils·elles sont formé·es. L’initiation à la recherche sous forme d’Unités d’Enseignement (UE) est privilégiée par rapport aux stages avec gratification, affectant la reconnaissance et l’insertion professionnelle des étudiant·es.

En histoire ou en psychologie, il est commun que le déplacement aux archives, le recrutement de participant·es ou le matériel de travail soit assuré par des étudiant·es motivé·es. Les trajets effectués pour constituer le corpus d’archives nécessaires aux mémoires sont communément assurés par les étudiant·es ; le recrutement des participant·es aux expériences s’opère au gré des circonstances : les plus chanceux·ses sont intégré·es à des programmes de recherche prennant en charge le recrutement ou le financement du temps de participation des participant·es, les autres devront faire avec les moyens du bord quitte à induire des biais pour les analyses à conduire.

Rapportées à d’autres domaines, la situation est quasiment aussi absurde que de demander aux étudiant·es en biologie de profiter du fait qu’il y ait de nombreux rats dans les villes pour les mettre dans une cage et réaliser les expériences dont ils·elles ont besoin pour leurs recherches. La différence reste cependant que les biologistes se voient reconnaître la légitimité de demander les financements nécessaires à faire leur travail et peuvent obtenir les moyens pour le faire. Pour beaucoup, les chercheur·ses en SHS font de l’auto-censure en considérant que leurs recherches peuvent être assurées par leurs propres moyens. L’idée selon laquelle la recherche et l’enseignement sont tout à la fois une profession et une passion irrigue la conception de ce travail en France. Cette situation permet ainsi de justifier des dérives au cœur des inégalités universitaires : l’utilisation de ressources personnelles pour assurer sa recherche, les pratiques de travail bénévoles récurrentes chez certain·es doctorant·es en fin de contrat et le maintien de la fermeture d’espaces de travail nécessaires à une activité professionnelle saine. Ces problématiques sont particulièrement fortes en SHS. Cette distinction ressort confortée à la fin du confinement par un système à deux vitesses qui identifie les laboratoires dont l’activité recherche peut progressivement être redémarrée, et les autres.

La situation est compliquée et les mesures prises ne peuvent bien sûr pas satisfaire tout le monde. Je ne considère pas mon opinion comme exclusive aux SHS, ni même que ce que j’observe au sein de l’Université Grenoble-Alpes est une clé de lecture conforme à ce qui se passe dans l’ensemble des universités françaises. J’espère néanmoins que ce billet contribuera à illustrer un malaise qui existe chez certain·es travailleur·ses en SHS et que la gestion inégalitaire du déconfinement professionnel contribue à alimenter.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search