Changez, Lisez !

L’auteur : Emmanuel Pedler, Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Dans son discours du 16 mars 2020, le Président de la République, évoque les changements des modes de vie des françaises et français pour les semaines de confinement annoncées. Il imagine, en quelques mots, le périmètre de ce basculement en se projetant dans l’inconnu à venir, des conditions de vie concrètes de chaque citoyen.ne.

« Mes chers compatriotes, je mesure l’impact de toutes ces décisions sur vos vies. Renoncer à voir ses proches, c’est un déchirement ; stopper ses activités quotidiennes, ses habitudes, c’est très difficile. Cela ne doit pas nous empêcher de garder le lien, d’appeler nos proches, de donner des nouvelles, d’organiser aussi les choses avec nos voisins, d’inventer de nouvelles solidarités entre générations, de rester, comme je vous l’ai dit jeudi dernier, profondément solidaires et d’innover là aussi sur ce point. […] En restant chez vous, occupez-vous des proches qui sont dans votre appartement, dans votre maison. Donnez des nouvelles, prenez des nouvelles. Lisez, retrouvez aussi ce sens de l’essentiel. Je pense que c’est important dans les moments que nous vivons. La culture, l’éducation, le sens des choses est important ».

Il y aurait beaucoup à dire sur cette pensée en généralité : l’encasernement solitaire dans des appartements exigus, l’entassement de familles nombreuses dans des espaces étriqués, ou, à l’inverse le repli paisible dans des résidences secondaires ou des villas urbaines ne sont pas évoqués. En deçà de l’appel à vivre – enfin ? – de manière civilisée, c’est-à-dire cultivée, l’image de la retraite spirituelle se dessine en arrière plan : cette crise serait ainsi l’occasion de trouver – dans le meilleur des cas, de retrouver – la sérénité intérieure de l’homme cultivé.

Entendant ces mots, j’ai tout de suite pensé aux loges marmoréennes du Musée de la Grande Chartreuse (Isère), visitées cet été. Menacés par la contagion – laquelle ? –  les français.e.s de ce mois de mars 2020 auraient-ils tout à gagner à retrouver les « valeurs essentielles » vantées par le Président de la République ?

Un tel appel laisse rêveur : résilience religieuse – quelques sociologues ont clamé avec force d’argumentations ces dernières décennies la grande bascule de la sécularisation de nos sociétés « modernes » – ethnocentrisme de milieu – le Président de la République s’adresse-t-il également au « 53% des français.e.s qui déclarent spontanément lire peu ou pas du tout de livres » (Pratiques Culturelles des Français, 2008) – prétention à dire le sens des vies et des formes de vie, paternalisme élitaire, et j’en passe ?

Les chercheuses et chercheurs qui se retrouvent, comme les autres, astreint.e.s à résidence pourraient sans doute être les derniers à se plaindre d’un tel appel : ils peuvent rester longtemps immobiles, plongé.e.s dans la lecture et l’écriture chronophages de leurs ouvrages, entouré.e.s de leurs bibliothèques physiques et numériques. Pour autant la forme de cet appel à retrouver les « valeurs essentielles » est bien troublante : comment penser le « grand chantier de la laïcité » sans reconnaître la résilience symbolique profonde du catholicisme en France ? Comment donner le goût d’explorer les mondes de l’écriture, à celles et ceux qui ne les expérimentent pas encore,  sans jouer les donneurs de leçon ?  Pourquoi maintenir cette pensée discontinuiste qui isole les diverses formes d’écriture et de lecture du reste des pratiques réflexives ? Comment reconnaître et faire coexister la diversité des manières de vivre et des valeurs ultimes ? La plongée en apnée relationnelle à laquelle nous sommes convié.e.s est pourtant une occasion unique d’interroger ces dernières, pour peu qu’on oublie très vite cet appel lancé depuis les Champs-Elysées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.